Menu Fermer

Stratégie 2100

Anticiper et s’adapter
face au changement climatique

%
des élus du SDDEA ont adopté le programme budgétaire établi pour la Stratégie 2100 en juin 2019

On parle de nous dans le numéro 110 de l’Aube Nouvelle, magazine du département

La crise climatique est aussi une crise de l’eau. Le cycle de l’eau est de plus en plus impacté par les effets déjà visibles du changement climatique. L’eau est un élément indispensable à la vie, aux activités humaines, au maintien de la biodiversité et à la régulation du climat.

Les modélisations des experts montrent que les phénomènes extrêmes (inondations, sécheresses) devraient être plus fréquents au cours des prochaines décennies et que leur intensité irait en s’accentuant. Les études scientifiques démontrent que la gestion actuelle de la ressource en eau ne serait pas à même de relever les défis d’anticipation et d’adaptation à ces phénomènes. 

Un programme ambitieux

Dans le cadre de l’anticipation des effets du changement climatique, le SDDEA et sa Régie ont travaillé à la mise en place d’une stratégie globale d’adaptation pour assurer la pérennité et la qualité de la ressource en eau souterraine et superficielle sur son périmètre.

Dès mai 2018 lors d’un séminaire de préfiguration, élus et partenaires du SDDEA ont posé les jalons nécessaires à la mise en œuvre de cette stratégie.

Les diagnostics et enjeux identifiés alors ont permis de définir des ambitions précises et cohérentes, avec comme axe transversal la construction collective d’une politique territoriale de gestion intégrée et durable de l’eau à l’aune de la nécessaire adaptation face au changement climatique.

De nombreux échanges avec les partenaires et financeurs du SDDEA ont ensuite permis d’estimer les coûts et les scénarios chiffrés pour mener à bien ce projet.

Les élus ont adopté lors de l’Assemblée Générale du 27 juin 2019 les bases de la Stratégie 2100 et les grandes lignes de son programme budgétaire, marquant ainsi leur engagement au sein du SDDEA pour préserver la ressource, l’eau.

Cette démarche novatrice a d’ores et déjà reçu le soutien des services de l’Etat, du département de l’Aube, de la région Grand Est et de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie. 

3 piliers, 6 objectifs

La Stratégie 2100 vise à mettre en œuvre une action publique efficace, pertinente et durable en accord avec les standards nationaux et européens.

C’est une stratégie globale au sein de laquelle se rencontrent les démarches d’adaptation et d’atténuation du changement climatique. Elle aborde de manière transversale l’ensemble des enjeux du cycle complet de l’eau.

Les six principaux domaines d’action du SDDEA concernés sont les suivants : l’anticipation du changement climatique ; la préservation et la restauration de la qualité des masses d’eau ; la prévention des inondations ; la préservation et la restauration des continuités écologiques ; la continuité de service dans les usages de l’eau ; et le développement d’une gestion patrimoniale vertueuse.

La Stratégie 2100 a comme principes fondamentaux :

  • La primauté de la continuité d’un service public de qualité ;
  • L’approche partenariale, essentielle pour décloisonner les approches et les structures ;
  • La volonté d’agir en s’adaptant ;
  • L’innovation, vecteur du dynamisme des territoires ;
  • L’évaluation, afin de juger de la bonne mise en œuvre et de l’impact des politiques.

Comprendre pour agir

L’aspect prospectif de cette stratégie a pour but d’interroger l’intégration de la politique de l’eau dans un contexte et un jeu d’acteurs plus larges, afin de prendre le recul nécessaire garantissant la justesse de l’action publique au vu des enjeux.

En effet, une gouvernance de l’eau éclairée est essentielle pour la protection et la partage de la ressource, mais aussi pour encourager les innovations et faire naître des solutions qui ont un impact positif pour nos territoires. 

La Stratégie 2100 appelle à l’analyse d’indicateurs clés pour comprendre et prévoir les pressions qui s’exercent – localement comme globalement – sur les ressources et à fortiori sur les ouvrages et les usages de l’eau. Ce besoin de connaissance prend en compte notamment les évolutions socio-économiques et le changement climatique, présents et à venir.

Pour ce faire, il est nécessaire de procéder à l’identification des futurs secteurs de forte vulnérabilité vis-à-vis de la ressource en eau, pour ensuite décliner une programmation d’intervention opérationnelle permettant d’atténuer au maximum les conséquences du changement climatique. Il s’agit également de développer des outils locaux de prévision et de gestion des déficits comme des excès d’eau.

Pour guider chaque action mise en œuvre dans le cadre de la Stratégie 2100 avec méthode, il est donc important de travailler en amont à la collecte des données utiles et à l’analyse de la connaissance ainsi produite, avant de pouvoir diffuser l’information et préparer l’action publique.

Ce suivi actif et dynamique est essentiel à la rationalisation des moyens d’une part, ainsi qu’à l’ajustement de la politique de l’eau face aux défis de ce siècle.