« Protéger les salariés : la priorité du Service des Moyens Industriels »

Focus sur les moyens déployés par le SDDEA et sa Régie auprès de Sébastien Durosay

Masques, gants, lingettes, désinfectants… autant de produits achetés en urgence par le Service des Moyens Industriels dirigé par Sébastien Durosay. « Depuis le début de la crise sanitaire, je concentre 90% de mon temps de travail à organiser la logistique : trouver des fournisseurs, réceptionner les livraisons ou aller les chercher directement chez notre fournisseur, gérer des désinfections d’agence, préparer le déconfinement… Et ce dans un seul but : garantir un retour au travail en toute sécurité pour l’ensemble des 300 salariés que comptent le SDDEA et sa Régie. 

Les 10% restants sont consacrés à la gestion courante de nos activités ainsi qu’à la mise en place du bâtiment modulaire des Vassaules, les travaux de réaménagement du parking Michelin ainsi que l’administratif lié à l’acquisition d’un nouveau site pour le siège ».

S’équiper en moyens de protection

« Nous avons assisté à une flambée des prix impressionnante sur les produits de protection. Christophe Lebedeff, responsable du pôle technique nous a été d’une aide précieuse pour trouver des fournisseurs grâce à ses dix-sept ans d’expérience au sein du SDDEA et de sa Régie. Il a même réussi l’exploit de négocier des prix, ce qui est particulièrement compliqué en ce moment » explique Sébastien. « Nous avons sollicité entre 40 et 50 fournisseurs différents et procédé à une quarantaine de commandes, auprès de 17 fournisseurs, en date du 06 mai 2020 ».

Exemple de produits commandés
Stock de masques
Mise sous sachet zip des masques lavables

Pour vous donner un ordre d’idées, voici la liste non exhaustive, des produits qui ont été commandés :

  • Désinfectant : gel hydroalcoolique, lingettes, savons en flacon individuels et recharges, distributeur mécanique de gel hydroalcoolique (commande en cours)
  • Masques : en tissu, FFP2, chirurgicaux, complet à cartouche pour remplacer le FFP2 avec des cartouches P3
  • Visières de protection
  • Combinaisons jetables et sur-chaussures (commande en cours)
  • Thermomètre infra-rouge : 1 par agence
  • Sacs poubelles
  • 200 bobines d’essuie-tout (pour équiper les véhicules des agents de terrain)
  • Sachets zips pour stocker les masques lavables
  • Plexiglass pour les bornes d’accueil et les bureaux (commande en cours)

L’objectif fixé par la Direction Générale et les élus était de se fournir rapidement et au meilleur rapport qualité / prix.

« Les commandes en grosse quantité nous permettent de réduire les coûts unitaires des masques. Même si nous avions anticipé la crise en amont en commandant des masques au tout début de cette dernière, les délais de livraison se sont particulièrement rallongés, nous poussant à multiplier les commandes auprès de plusieurs fournisseurs ».

« Par ailleurs, le SDDEA et sa Régie ont distribué 5 masques lavables à l’ensemble de ses agents. Ces derniers ont été fabriqués par l’entreprise LAFITTE, implantée dans l’Aube. Au total, ce sont ainsi près de 1500 masques en tissu qui ont été commandés. Presque tous les jours nous allions chercher 100 exemplaires auprès de notre fournisseur et un agent de mon service était chargé de les mettre dans un sachet zip avec un flyer expliquant leur utilisation et leur entretien ; rien que cette logistique a nécessité entre deux et trois jours de travail à temps complet. Ces masques qui ne sont pas conçus pour faire de l’effort physique sont remplacés par des masques chirurgicaux lorsque les agents font des travaux, notamment dans des tranchées. D’ailleurs, sur les 10 000 masques chirurgicaux que nous avons reçu, 4 500 ont d’ores et déjà été distribués.»

Actuellement et étonnamment, les plus grosses difficultés en matière d’approvisionnement concernent les lingettes désinfectantes. Ces dernières sont mises à disposition au sein du siège, des centres, des agences et des véhicules.

Il est essentiel de préciser également que certaines commandes concernent un réassort de produits, comme les gants nitriles ou les cartouches de masques complets ; un stock de produit étant déjà disponible initialement au sein du magasin de La Chapelle-Saint-Luc.

Des visières de protection commandées auprès de deux fournisseurs différents sont en cours de test auprès des services du SPANC.

Maintien de l’activité pendant la période du confinement

De gauche à droite : Sébastien Durosay, Olivier Berthelin, Adrien Perot et Christophe Lebedeff

« Je tiens particulièrement à remercier l’ensemble de mon équipe, particulièrement performante et solidaire en cette période de crise, qui a su s’adapter et trouver des solutions adéquates tout en gérant le stress particulièrement important. Christophe LEBEDEFF, Olivier Berthelin, Adrien Perot ont notamment réussi à maintenir et gérer le stock du magasin de la Chapelle-Saint-Luc tout en assurant les demandes logistiques et administratives. Sans oublier tous les autres agents de mon service qui ont participé à l’effort en restant confiné chez eux.

Nous avons également pu compter sur le concours des autres directions : la Direction Financière qui a travaillé conjointement avec la Paierie Départementale de l’Aube afin de réaliser des acomptes dans l’achat des masques FFP2 et chirurgicaux , la DCAJ qui nous a apporté ses conseils financiers et juridiques et également la DSI qui a permis en très peu de temps de conserver une continuité de service à distance grâce au déploiement du télétravail notamment. L’ensemble des directions a compris nos difficultés d’approvisionnement. Même si nous avons rencontré, et rencontrons des difficultés, nous réalisons au quotidien un très beau travail d’équipe. ».

Un seul des deux techniciens de maintenance mécanique que compte le service du pôle technique a été mobilisé pendant cette période pour pallier aux travaux et réparations des véhicules. « Une procédure a été spécifiquement établie : l’agent qui dépose le véhicule le désinfecte entièrement et le mécanicien, Daniel Mendes en l’occurrence, le désinfecte de nouveau lorsqu’il le redonne à celui-ci. » précise Sébastien.

« Je tiens également à remercier nos fournisseurs, car grâce aux liens que nous construisons avec eux chaque jour, ils ont été présents et se sont démenés pour répondre à nos demandes et pour que nous puissions assurer notre maintien de service public. »

Mise à disposition de masques par la FNNCR et la Communauté de communes d’Orvin et de l’Ardusson

La FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies) a mis à disposition de toutes les Régies d’Assainissement un stock de masques FFP3. Ces masques ont été débloqués par Santé Publique France sur le stock stratégique pour les agents des services d’assainissement exposés à des contacts avec les eaux usées et tout particulièrement en aérosols. Le stock attribué correspondait à une semaine de travail.

La Régie du SDDEA, grâce à son maillage local important a été sollicitée et a assuré la logistique. « Deux allers-retours à Reims ont été nécessaires pour récupérer les masques, et notre service s’est ensuite chargé de les conditionner pour chaque Régies d’Assainissement du département de l’Aube, et la distribution a ensuite été assurée par la Direction des Territoires et le Service Exploitation Assainissement ».

La communauté de communes de Orvin et de l’Ardusson, présidée par le Président du SDDEA Nicolas Juillet nous a également mis à disposition au début de la crise, afin que l’on soit en mesure de maintenir nos activités, un stock de 250 masques chirurgicaux que nous allons prochainement leur réattribuer.

« L’effort de solidarité mis en place par nos partenaires s’est avéré particulièrement important pour nous, car en tant que service public, nous nous devions de maintenir nos activités ».

Désinfection des agences

En parallèle, à la suite de la découverte d’un cas de COVID-19 avéré au sein de l’agence de Vitry nous avons dû en moins de 48h organiser la désinfection complète de l’agence, en lien avec notre société de nettoyage habituelle. La procédure de désinfection mise en place par notre prestataire a été validée à la fois par notre cellule de crise « COVID » et les services HSQE afin que celle-ci soit bien conforme aux normes en vigueur. Le même protocole a été appliqué au sein de l’agence de Nogent-sur-Seine, pour une suspicion cette fois-ci ; l’agence et le véhicule utilisés par l’employé ont été désinfectés. 

« Toutes ces actions ont permis de rouvrir rapidement les agences concernées qui n’ont été fermées que pendant deux ou trois jours, le temps pour nous de mettre en place les procédures de nettoyage, afin de garantir un retour serein au travail des autres salariés ».

Préparation du déconfinement

« En lien avec le service HSQE et le Service Méthode et Coordination des Agences (SMCA) nous préparons dès cette semaine les agences avec la création de procédure de déconfinement et la mise en place de signalétique spécifique. Des plexiglas ont été commandés pour équiper les bornes d’accueil et certains postes de travail. Dès le 11 mai prochain, nous allons également reprendre le service de lavage des vêtements qui avait été suspendu pendant cette période. 

Une des plus grandes difficultés que nous rencontrons concerne les incertitudes, notamment pour le plan de déconfinement. Nous devons anticiper les demandes et répondre rapidement car les délais sont relativement courts pour s’équiper.» conclu Sébastien Durosay.