Menu Fermer

PRÉVENTION DES INONDATIONS

Les crues sont des phénomènes naturels faisant partie intégrante du fonctionnement d'un cours d'eau. Ces débordements des cours d'eau participent au fonctionnement des écosystèmes, façonnent les rivières et participent à la recharge des nappes phréatiques.

LE RISQUE INONDATION

L’un des points clés de la prévention inondation est la compréhension de la notion de risque.
Les crues ne constituent pas en elles même un risque, le risque est formé par la présence d’enjeux (personnes, biens, activités économiques…) dans la zone affectée par l’aléa.

risques-inondations-sdea
Source : sdea.fr

La notion de risque inondation couvre donc des problématiques d’évènements naturels, d’enjeux et de vulnérabilité.

Les différents épisodes d’inondation sont classés selon leur probabilité d’apparition, que l’on appelle « Période de retour ». Cette notion statistique nous permet de mesurer l’importance du phénomène : Plus la période de retour est élevée, plus l’intensité de la crue est importante. Une crue centennale (période de retour 100 ans) correspond à une crue qui a une probabilité d’occurrence de 1/100 chaque année.

À titre de référence, la crue de janvier 1910, qui constitue la crue la plus importante mesurée sur le département de l’Aube était une crue de période de retour variant autour de 100 ans.

Le risque d’inondation sur notre secteur provient du contexte hydrologique lié aux crues de la Seine et de ses affluents. Les inondations qui s’y produisent sont principalement des phénomènes lents par débordement direct (débordement du lit), et/ou débordement indirect (remontée de nappe, remontée d’eau dans des réseaux et rupture d’ouvrage). La présence des Lacs Réservoirs est un paramètre de modulation des crues dont le rôle est variable selon la saison. Ils ont pour objet d’amortir le pic de crue (moins haut et plus long), Les têtes de bassin du Barrois sont quant à elles productrices d’inondations plus soudaines et subissent également des aléas par ruissellement.

LA PRÉVENTION DES INONDATIONS PAR LE SDDEA

La gestion du risque inondation par le SDDEA passe par plusieurs leviers d’actions.

  • L’entretien des cours d’eau (consulter la page sur la Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations) qui permet de détecter, surveiller, et traiter les embâcles pouvant aggraver l’aléa inondation.
  • La gestion correcte des ouvrages hydrauliques qui lui appartiennent
  • La réalisation de projet de restauration des cours d’eau, qui améliorent l’hydrodynamique
  • Les aménagements dans le lit majeur et sur les versants en vue de ralentissement dynamique et expansion des crues

Une réflexion s’initie sur la question des ouvrages de protection. À l’heure actuelle, le SDDEA n’est gestionnaire d’aucune digue. Des modélisations hydrauliques s’initient pour évaluer la pertinence de reconnaitre des systèmes d’endiguement dans les années à venir. 

LES AUTRES CHAMPS DE LA PRÉVENTION DES INONDATIONS

Les compétences octroyées au SDDEA ne couvrent pas l’ensemble du champ de la prévention des inondations. En réalité, de nombreux acteurs interviennent également. De manière non exhaustive, nous retiendrons les suivants :

  • Les autres porteurs de la compétence GeMAPI intervenant en amont et en aval des secteurs couverts par le SDDEA ;
  • Les collectivités chargées de la planification de l’aménagement du territoire, permettant de limiter l’exposition des enjeux humains et matériels à ce risque naturel (règles de constructions) ;
  • L’Etat, animateur des Plans de Prévention du Risque Inondation ;
  • Les gestionnaires d’ouvrages hydrauliques ;
  • Les propriétaires riverains des cours d’eau ;
  • Les maires des communes, disposant du pouvoir de police pour prévenir des comportements pouvant entraîner des dommages en cas d’inondation (remblais illégaux par exemple).

Aux côtés des démarches préventives, la gestion de crise est également à préparer et anticiper afin de rechercher la meilleure coordination des acteurs.

 

UNE DÉMARCHE VERTUEUSE PARTENARIALE : LE P.A.P.I DE TROYES ET DU BASSIN DE LA SEINE SUPÉRIEURE

Le PAPI (Programme d’Actions de Prévention des Inondations) de Troyes et du Bassin de la Seine supérieure est un programme prévu pour 6 ans qui a pour objectif une gestion globale et intégrée du risque inondation.

Le PAPI complet de Troyes et du Bassin de la Seine supérieure a été labellisé en décembre 2019. 

LE PAPI REPRÉSENTE :

50 ACTIONS

d'études et de travaux

8 MAITRES D'OUVRAGES :

Troyes Champagne Métropole, DDT et Préfecture de l’Aube, Syndicat DEPART, SDDEA, Région Grand Est, Fédération départementale pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques de l’Aube, Syndicat Sequana et Syndicat mixte de l’EPTB Seine Grands lacs.

7,45 MILLIONS D'EUROS ENVIRON :

C'est le budget global prévisionnel

UN SOUTIEN FINANCIER CONSÉQUENT ET DIVERSIFIÉ DE PLUS DE 70% :

l’État (BOP 181 et FPRNM), Conseil Régional du Grand Est (fonds propres et fonds européens FEDER) et l’Agence de l’eau Seine-Normandie (XIème programme d’intervention)

Les actions prévues couvrent l’ensemble des axes de la gestion des risques inondations :

  • Axe 1 : amélioration de la connaissance et de la conscience du risque ;
  • Axe 2 : surveillance, prévision des crues et des inondations ;
  • Axe 3 : alerte et gestion de crise ;
  • Axe 4 : prise en compte du risque d’inondation dans l’urbanisme ;
  • Axe 5 : réduction de la vulnérabilité des personnes et des biens ;
  • Axe 6 : ralentissement des écoulements ;
  • Axe 7 : gestion des ouvrages de protection hydrauliques

Le SDDEA porte des actions GEMAPI dans les axes 1, 2 et 6.

L’action phare portée par le SDDEA est la réalisation d’une étude sur la Seine et ses affluents par le biais d’une modélisation hydraulique. La maquette numérique ainsi créée permettra de simuler et d’ainsi mieux connaitre la dynamique des crues dans la vallée de la Seine pour différentes périodes de retour.  Ces connaissances mèneront à des projets d’aménagements visant à améliorer la gestion du risque inondation.

Les informations acquises seront également mises à disposition des acteurs de la gestion de crise (mairies, SDIS, …) pour améliorer les protocoles en cas de crue. Les mairies pourront notamment se baser sur les connaissances fournies par cette étude pour établir ou améliorer leur Plans Communaux de Sauvegarde (PCS).

EN PARTENARIAT AVEC :