À la découverte du captage vitrine de Saint-Thibault

À la découverte du captage vitrine de Saint-Thibault

Champ captant de Saint-Thibault

Mis en service dès 1952, le champ captant de Saint-Thibault dans l’Aube est situé dans une plaine agricole. Seul captage vitrine du département, il possède la particularité d’être situé dans la nappe peu profonde des alluvions de la Seine, ce qui le rend très réactif. Cette caractéristique qui peut le rendre très sensible aux pesticides et aux nitrates lui permet aussi d’avoir un potentiel de reconquête rapide et efficace à court terme. C’est pourquoi le captage a été classé captage vitrine en 2016. Cette classification a été ordonnée par le Préfet, coordinateur de Bassins, qui a désigné dix captages prioritaires pour les classer en captages vitrine.

Ce ne sont pas moins de 29 communes et près de 10 100 habitants qui sont alimentés au quotidien par ce captage, qui est aussi interconnecté avec autre COPE soit 4 communes supplémentaires.

Parole d'acteur

Frédéric Poirier, Président du COPE* des Vallées de la Mogne, de la Seine et de la Barse de la Régie du SDDEA

« Pour préserver la ressource et assurer un service pérenne nous devons faire face à des défis majeurs : protéger le champ captant, s’adapter au changement climatique et distribuer de l’eau en quantité suffisante. En effet, l’augmentation exponentielle de nos capacités de production est liée d’une part à la croissance de notre population et aux nombreuses interconnexions des communes intéressées pour se raccorder à notre réseau afin de bénéficier de notre eau de qualité.

Afin de conserver la qualité constante de l’eau distribuée, l’ancien syndicat le SIAEP avait entrepris une démarche de développement du champ captant suite à son classement en « GRENELLE de l’environnement en 2009 ».

Ensuite, la classification de ce dernier en captage vitrine en 2016, décidée par le préfet de l’époque, Coornateur de Bassin, a accéléré la démarche de l’étude d’aire d’alimentation de captage (AAC). Cette dernière a été reprise et finalisée par la Régie du SDDEA auquel la compétence eau potable a été transférée au 1er janvier 2014. Nous faisons désormais partie à ce jour du COnseil de la Politique de l’Eau des Vallées de la Mogne, de la Seine et de la Barse.

En parallèle à l’étude AAC, nous avons entrepris au sein du SDDEA la réalisation d’un schéma directeur d’alimentation en eau potable qui intervient dans la gestion et la prise en compte du changement climatique ainsi que des évolutions futures en matière d’urbanisme.

Nous avons également entrepris une démarche d’acquisition et d’analyse de données, aux côtés des agriculteurs pour connaître les pratiques culturales les plus adaptées au terrain. En effet, stockés dans les couches superficielles du sol lors des hivers secs, les nitrates s’infiltrent rapidement en période de forte précipitation. Ce phénomène de lessivage amène des pics de nitrates au sein de la nappe d’eau souterraine. Les épandages de produits phytosanitaires ont également un impact très important sur la qualité de l’eau distribuée, d’autant plus que la nappe y est très sensible.

Gravière des Terres Rouges

Ce milieu possède aussi la particularité d’être composé d’énormément de gravières dont certaines ont même été aménagées en sites touristiques. L’activité de loisirs qui s’y est développée, avec des bateaux à moteur notamment, est particulièrement surveillée par l’Agence Régionale de Santé.

Le remplacement du réseau de canalisations posées dans les années soixante est aussi un prérequis pour s’assurer que la qualité de l’eau ne se dégrade pas au sein du réseau. Commencée en 2014, cette démarche de remplacement s’avère à la fois longue et coûteuse mais primordiale.

 

Le remplacement du réseau de canalisations posées dans les années soixante est aussi un prérequis pour s’assurer que la qualité de l’eau ne se dégrade pas au sein du réseau. Commencée en 2014, cette démarche de remplacement s’avère à la fois longue et coûteuse mais primordiale.

Notre ambition et souhait est de développer des pratiques plus vertueuses grâce, pourquoi pas, à la création d’une agriculture biologique locale peut-être subventionnée qui alimenterait les cantines troyennes. La sensibilisation aux problématiques environnementales passe autant par les assiettes que par des campagnes auprès du grand public. C’est pourquoi nous avons décidé de créer une exposition pédagogique qui aura lieu le 26 octobre 2019. Elus et ingénieurs de la Régie du SDDEA seront à même de répondre aux interrogations du public et de leur présenter les installations de pompage de l’eau. »

*COPE = COnseil de la Politique de l’Eau = Service public d’eau potable

**SDDEA = Syndicat Mixte Ouvert de l’eau potable, de l’assainissement collectif, de l’assainissement non collectif, des milieux aquatiques et de la démoustication

En pratique sur le terrain

Léna MAROLLIER, animatrice à la Mission Agricole de Protection des Captages - Chambre d'Agriculture

« C’est en partenariat avec la Régie du SDDEA, et avec le soutien financier de l’AESN*, que la Mission Agricole de Protection des Captages de la Chambre d’agriculture de l’Aube anime le programme d’action défini dans le cadre de l’étude d’Aire d’Alimentation du Captage de Saint-Thibault. Les actions sont mises en œuvre en concertation avec les agriculteurs pour prendre en compte leur connaissance du terrain et leurs observations, afin que celles ci-soient réalistes et réalisables sur le terrain. Cette première année d’animation est principalement ciblée sur la réduction des teneurs en nitrates, élément déclassant le captage de Saint Thibault. Concrètement, 8 exploitants se sont portés volontaires pour des analyses de fumier, afin de connaître précisément la composition de leurs effluents d’élevage, avec courbe de modélisation pour piloter au plus juste les apports de fertilisants. Dans le même objectif, un groupe de 7 agriculteurs s’est aussi porté volontaire pour réaliser des analyses de reliquats sur 36 parcelles de l’AAC (un en entrée d’hiver et un en sortie d’hiver) pendant 3 ans, qui leur permettront également de mieux gérer leur stratégie de fertilisation sur les 4 grandes cultures de l’AAC et éviter le surplus d’azote susceptible d’être entrainé vers la nappe qui alimente le captage de Saint Thibault. Cette action est financée en grande partie par l’AESN, mais aussi par le COPE de Saint Thibault, qui souhaite être acteur aux côtés des agriculteurs pour atteindre les objectifs de qualité d’eau. D’autres actions seront également proposées afin de mobiliser tous les agriculteurs de l’AAC : organisation de tours de plaine pour mettre en place des cultures associées, proposition de mesures agro-environnementales… »

*AESN : Agence de l’Eau Seine Normandie

Chiffres clés

0
m3 / jour : débit produit moyen
0
habitants sur 38 communes sur le COPE
0
km² de surface d'aire d'alimentation de captage sur 6 communes
0
hectares de gravières (plan d'eau) soit 17% de la surface de l'AAC
0
Hectares de terres arables
0
Exploitants agricoles