Démoustication

En période de précipitations les eaux stagnantes présentes sur le territoire sont propices au développement des moustiques. Leur prolifération peut devenir gênante. Le SDDEA mène des actions de prévention et des actions curatives pour diminuer dans la mesure du possible leur multiplication sur une centaine de communes de l’Aube et de la Marne, dans les vallées de la Seine et de l’Aube.

Un traitement ciblé

Le SDDEA assume la compétence démoustication en lien avec la gestion des milieux aquatiques. Il traite si besoin les œufs et larves qui, lors de l’éclosion au printemps, risquent d’être à l’origine d’une prolifération de moustiques.

Deux types de moustiques sont présents dans la vallée, le genre Aedes, moustique de nos campagnes à l’origine des grandes invasions, et le genre Culex, qui se développe dans les zones plus urbaines, et les jardins.

Le SDDEA agit sur l’espèce Aedes uniquement alors qu’il est à l’état de larve, ses équipes identifient les gites larvaires puis dispersent au besoin par hélicoptère ou à la main un larvicide, biocide inoffensif pour l’homme, la flore et la faune autre que les moustiques. Il est homologué pour être utilisé en agriculture biologique.

L’efficacité des traitements est dépendante des conditions climatiques, une forte pluviométrie en aval des traitements diminuera son efficacité.

Limiter les moustiques : l’affaire de tous

Le SDDEA agissant seulement sur les moustiques Aedes, il est de la responsabilité de chacun de limiter la prolifération de l’espèce Culex :

Quelques gestes de prévention :

  • Vider les bidons inutiles ;
  • Limiter la présence des contenants d’eaux stagnantes tels que les bidons, pneus…
  • Mettre des moustiquaires sur les bacs de récupération des eaux pluviales.
  • Favoriser la présence des prédateurs : chauve-souris, poissons, insectes, oiseaux (par exemple les hirondelles)…
115

communes

800

Gites larvaires

284

hectares traités en 2017

Version présentée en Assemblée Générale du 20 octobre 2017.